Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vous vouliez lui parler?

Ayé je vous ai retrouvé la nouvelle de Philippe Delerm concernant la fameuse connasse de secrétaire!

Extrait de La seste assassinée (éditions L'arpenteur, 2000)

215611411.jpg

 

 

    La voix suave, qui vous oppose une fin de non-réception aseptisée  __ Monsieur... est en réunion. Il peut vous rappeler? __ , n'est pas la plus redoutable. Non, la secrétaire qui agace vraiment, c'est la bonne secrétaire. La fidèle,la compétente, celle qui-à-la-limite-connaît-mieux-la-vie-de-Monsieur... -que-Monsieur...-lui-même. On le sent tout de suite, l'anonymat du téléphone n'y peut rien; dès la première phrase, elle vous soupèse. Vous n'aviez pas imaginé que Monsieur... fût une citadelle inexpugnable. Mais en quelques secondes, votre désir naïf devient presque un outrage.

__ Vous vouliez lui parler !? 

    Et là, tout d'un coup, vous mesurez votre impudence,vous flageolez. Non, après tout, votre envie de contacter Monsieur... n'était pas si fondamentale, quelle mouche vous a donc piqué? Un reste d'amour-propre vous pousse à refuser la voie de garage qui vous est proposée avec une condescendance un rien amusée, et l'emploi d'un imparfait rédhibitoire:

__ C'était pourquoi exactement? Je peux peut-être vous aider?

    Ah! cet "exactement", comme il vous fouille au fond de l'âme! Il n'y avait pas d'exactement, votre implacable confesseur l'a bien senti, et son "je peut peut-être vous aider?" peut aisément se convertir en "vous feriez mieux de le laisser tranquille". Vexé, vous pataugez:

__ Non, c'était personnel. Je rappellerai plus tard.

    Alors, le "comme vous voudrez" prend des accents d'obligeance blessée, de commisération presque amusée.

    Plus tard, si le hasard fait de vous l'un des incontestables  familiers de Monsieur..., la bonne secrétaire changera du tout a tout. Dès l'annonce de votre nom, vous aurez la stupeur d'entendre un "je vous le passe" dont l'enjouement badin voudra dire aussi: "Vous au moins, vous connaissez le bon moment pour l'appeler."

    Mais tout au fond de vous, serez-vous si surpris? On aimerait que tout cela soit très humain, mais ce n'est que rapport de force. L'intraitable Madame... sera devenue pour vous cette bonne Madame... Elle n'avait pas l'apanage de la prescience, car vous le saviez bien: l'excès de sa rigueur annonçait celui de sa servilité. C'est ce qui fait les bonnes secrétaires.

 

 

Commentaires

  • C'est tellement vrai tout ça !!!

  • Pour avoir joué au chat et à la souris avec ma future maîtresse de stage, je confirme qu'une bonne secrétaire peut être conne... M'enfin, je ne vais pas m'en plaindre, je vais cotoyer cette dite secrétaire pendant 7 mois...

  • Tiens en parlant de cet auteur, que j'aime pas vraiment. Il faut lire "La première gorgée de bière", de lui-même, et juste après, "La première gorgée de sperme", de Félacia Dessert. C'est un délice.

  • jié vô trlouv' trlès prlo

  • dis...
    t'es toujours là, dis ?

    aujourd'hui c'est (pas) vendredi et j'voudrais bien qu'on m'aime / j'sens qu'j'vais encore finir chez Wanda et ses sirènes / et ses sirènes [A. BASHUNG]

    t'as-t-y lu ça ?
    [clicke on zeu pseudo]

    t'es-t-y 'core là ?

    je ne t'oublie pas.
    ça, ça s'peut pas.

    ça s'peut pas qu'ça dure toujours / ça s'peut pas [Clarika et B. Lavillliers]

    schnouf et gorglbulb.

  • toujours pas
    appâts

    pour encore une rime en
    na !

Les commentaires sont fermés.